Recommandations sur la certification des services requis pour mettre en application les principes FAIR au sein de l’EOSC

Recommandations sur la certification des services requis pour mettre en application les principes FAIR au sein de l’EOSC

https://op.europa.eu/en/publication-detail/-/publication/70aa74b5-53bf-11eb-b59f-01aa75ed71a1/language-en/format-PDF/source-184009543

RÉSUMÉ

Le rapport contient une analyse des activités relatives à la certification des services requis pour aboutir à des résultats de recherche FAIR au sein de l’EOSC à partir de novembre 2020. Il traite de l’incitation et du soutien, propose une analyse des lacunes et des possibilités d’extension, et définit les priorités pour les travaux futurs.

Le groupe de travail FAIR du Bureau exécutif de l’EOSC a été initialement chargé de définir l’approche de certification qui sera appliquée au sein de l’EOSC pour les entrepôts qui permettent d’obtenir des résultats de recherche FAIR. Nous avons décidé d’étendre la portée de notre travail à d’autres services, en raison du besoin reconnu de définir des mécanismes de certification pour d’autres éléments de l’écosystème FAIR.

Des travaux sont en cours au sein de FAIRsFAIR pour développer des systèmes de certification FAIR pour les entrepôts, par l’extension de la certification actuelle des entrepôts de données “de base” avec l’identification des niveaux de maturité des capacités nécessaires pour soutenir les données qui sont évaluées comme FAIR. CoreTrustSeal travaille également à étendre son cadre de certification à d’autres groupes d’acteurs. Des réseaux et des projets tels que WDS et CLARIN utilisent CoreTrustSeal dans leurs processus d’accréditation, tandis qu’ELIXIR a défini ses propres procédés pour répondre à ses besoins. Parmi les autres contributions, citons les principes TRUST, qui fournissent un cadre général pour la certification des entrepôts; les caractéristiques souhaitables des entrepôts dignes de confiance énumérés dans une demande de commentaires publics de l’Office of Science and Technology Policies des États-Unis ; et le cadre utile pour les meilleures pratiques en matière d’entrepôts publié par la Confederation of Open Access Repositories en octobre 2020.

Les composants essentiels permettant la mise en place de l’écosystème FAIR sont présentés dans la figure ci-dessous (Figure 6 de Turning FAIR into Reality - TFiR). Les briques élémentaires essentielles sur lesquelles nous nous appuyons pour nos opérations doivent être certifiées. L’évaluation de la certification des services mettant en application les principes FAIR progresse, en particulier avec la définition par FAIRsFAIR des principes généraux à suivre, et le travail en cours dans ce projet sur la définition d’un cadre de base. Les services à certifier en priorité incluent les services d’identifiants pérennes (PID) ; le groupe de travail sur l’architecture de l’EOSC a défini un ensemble de sous-thématiques pour ce processus de certification. Des registres de composants certifiés doivent être développés comme indiqué sur la figure.

{width=”2.5305982064741905in” height=”2.826087051618548in”}

Turning FAIR into Reality relève que des actions sont nécessaires pour favoriser et soutenir les ressources existantes dans leur progression vers une certification. L’incitation peut se faire à différents niveaux, notamment par le biais de politiques et de projets. L’aide peut également être apportée de différentes manières, et inclure un soutien pour améliorer les pratiques de gestion des données.

Les préoccupations de la communauté en matière d’indicateurs et de certification ont été exprimées sans équivoque lors de la consultation sur l’agenda stratégique pour la recherche et l’innovation (SRIA) de l’EOSC qui s’est tenue durant l’été 2020, reflétant le besoin d’inclusion et le niveau de préparation inégal des services et des communautés. La période de transition recommandée par TFiR pour permettre aux entrepôts existants de franchir les étapes nécessaires pour obtenir la certification devrait être autorisée. La certification comme les indicateurs ne doivent pas être une méthode punitive, et elles ne doivent pas être utilisées pour des comparaisons entre entrepôts ou champs disciplinaires.

À ce stade, en raison de la nécessité d’être inclusif et des différents stades de préparation des communautés et de leurs services, le statut de certification ne peut pas être une condition nécessaire pour qu’un entrepôt ou d’autres composants clés soient inclus dans l’EOSC.

À un moment donné, la certification pourrait devenir une condition préalable à l’inclusion dans l’EOSC, en particulier pour les entrepôts de données mais aussi pour d’autres éléments clés de l’EOSC. Cette décision ne pourrait être prise qu’après une évaluation minutieuse du paysage de la certification et des conséquences négatives possibles, telles que la sortie de ressources précieuses utilisées par les communautés de l’EOSC et la mise en danger de ces ressources.

Nous recommandons vivement que les entrepôts et les services qui souhaitent rejoindre l’EOSC utilisent les critères du cadre de certification pour vérifier et améliorer leurs pratiques, dans le but de progresser vers la certification. Les entrepôts certifiés doivent être clairement identifiés comme tels.

Nous considérons que CoreTrustSeal, qui est un cadre international piloté par la communauté et utilisé par une large palette de disciplines, est le bon niveau pour les entrepôts de données de recherche gérés dans l’environnement scientifique au regard des normes DIN 31644 (nestorseal) et ISO 16363:2013.

Les travaux existants sur la certification des services requis pour mettre en œuvre les principes FAIR devraient être étendus au cours du prochain programme-cadre et garantir l’applicabilité dans toutes les disciplines. Il ne faut pas chercher à définir la certification pour tous les types de services de l’écosystème FAIR. Des priorités devraient être établies sur les services à certifier.

L’approche de la capacité/maturité proposée dans CoretrustSeal+FAIR doit être testée de manière approfondie. Tous les cadres de certification proposés pour d’autres composants de l’écosystème FAIR devront également être mis à l’épreuve de manière approfondie et les réactions de diverses parties prenantes devront être recueillies.

Turning FAIR into Reality indique que “un soutien concerté est nécessaire pour aider les entrepôts existants à obtenir la certification”1. Les besoins peuvent concerner notamment l’élaboration et la mise en œuvre des normes communautaires nécessaires pour respecter les principes FAIR, ainsi que la constitution de compétences et d’une main-d’œuvre nécessaires à la gestion des données et à la mise en œuvre de FAIR. Le soutien à l’auto-évaluation des services selon les critères de certification est nécessaire pour renforcer l’écosystème et garantir que nous pouvons compter sur le Web des données et des services FAIR. La certification d’un entrepôt implique des coûts, qui dépendent du statut de départ de l’entrepôt en matière de certification. Les parties prenantes, notamment les collectivités publiques en charge des entrepôts et les bailleurs de fonds, peuvent comprendre les gains de de l’auto-évaluation et de la certification par rapport à des normes de qualité et une démonstration de fiabilité, mais dans certains cas, les coûts peuvent être prohibitifs en ressources.

En l’absence de possibilités de financement, les pays, institutions ou disciplines ne disposant pas des ressources appropriées pourraient ne pas être en mesure d’obtenir la certification, et le fossé entre les pays ou disciplines développés et moins développés se creuserait davantage.

Plus généralement, un soutien devrait être fourni pour certifier les services mettant en œuvre les principes FAIR une fois que le programme de certification spécifique est défini.

Turning FAIR into Reality indique que “des mesures doivent être prises pour garantir que les organisations supervisant les systèmes de certification sont indépendantes, fiables, durables et évolutives.”2 L’évolutivité est nécessaire pour faire face à l’augmentation du nombre d’entrepôts cherchant à obtenir une certification de “niveau de base” en raison des incitations politiques. Un élément d’évolutivité pourrait consister à développer des normes communautaires convenues qui pourraient être évaluées par des systèmes automatiques, étant des composants prédéfinis du processus de certification. Un soutien peut être nécessaire à un moment donné pour assurer l’évolutivité, mais il doit tenir compte de l’indépendance nécessaire de l’organisation et la préserver. Ce soutien pourrait être fourni pour permettre la certification d’entrepôts de pays et de disciplines disposant de ressources financières limitées.

La gouvernance et la mise à jour de ce rapport et de ses recommandations doivent se faire en partenariat étroit avec les communautés d’utilisateurs. Un groupe de travail du forum des parties prenantes de l’EOSC devrait être créé pour en assurer le suivi, et chargé d’évaluer l’évolution des activités en cours et du paysage de la certification, y compris les cadres de certification et l’évolution des capacités des entrepôts en lien avec la certification.

L’analyse de la situation, des lacunes et des possibilités d’extension permet de définir des priorités pour les travaux futurs à court terme :

Priorité 1 : soutenir les efforts actuels pour aligner les normes de certification et les schémas d’évaluation avec FAIR.

Priorité 2 : tester les schémas proposés dans diverses communautés afin de recueillir des commentaires et de mettre à jour le cadre proposé en conséquence.

Priorité 3 : fournir un soutien, tant méthodologique que financier, aux fournisseurs de données et de services pour progresser vers la certification.

Priorité 4 : suivre l’évolution de la certification, évaluer la maturité de ce paysage et prendre les mesures appropriées si des domaines ou des régions accusent un certain retard.

Priorité 5 : soutenir l’établissement de critères de base et d’une méthodologie pour certifier d’autres éléments clés de l’écosystème FAIR, notamment, en premier lieu, les services d’identifiants pérennes (PID) et les référentiels de vocabulaire/registres de métadonnées, et les tester à grande échelle.

Priorité 6 : soutenir l’établissement et la tenue de registres des composants certifiés de l’écosystème ; si plusieurs registres sont disponibles pour un composant donné, ils doivent pouvoir être moissonnés et inclus dans des registres de registres.

Priorité 7 : créer un groupe de travail sous l’égide du forum des parties prenantes de l’EOSC pour assurer la mise en œuvre et le développement ultérieur des recommandations de ce rapport.


1

« Concerted support is necessary to assist existing repositories in achieving certification ». Source : Action 9.2 page 67 du rapport https://ec.europa.eu/info/sites/default/files/turning_fair_into_reality_1.pdf

2

« Steps need to be taken to ensure that the organisations overseeing certification schemes are independent, trusted, sustainable and scalable ». Source: Action 13.4 page 69 du rapport https://ec.europa.eu/info/sites/default/files/turning_fair_into_reality_1.pdf